Les femmes d’aujourd’hui, à tout le moins dans les sociétés industrielles, vivent une situation historique unique ; une situation très récente, un quart de siècle à peine, autant dire un grain de poussière au regard de la longue histoire de l’espèce humaine. Un quart de siècle qui a vu les Françaises débarrassées de la « puissance maritale » et de l’incapacité juridique (1938), accéder au droit de vote (1944), au droit à la contraception (loi Neuwirth de 1967) ou au droit à l’avortement (loi Veil de 1975). Cette situation est unique car jamais dans toute l’histoire de l’humanité les femmes n’ont disposé de tels moyens juridiques et matériels de réduire le déterminisme de leur biologie reproductive et ainsi de contrôler leur destin. Pour autant, les progrès sociaux et technologiques n’ont pas rendu les choses plus simples pour elles. Il est même probable qu’ils les aient compliquées, ouvrant des alternatives et des conflits qui semblent impossibles à résoudre. Le choix, au fond, est peut-être un leurre.

Dans notre culture, on oppose souvent la femme et la mère, comme deux modalités divergentes et exclusives l’une de l’autre du sexe féminin. Bien sûr, chacune de ces deux modalités, ainsi que leur opposition, sont culturellement construites. On parle de « s’épanouir en tant que femme et mère », de « concilier sa vie de femme et sa vie de mère », sous-entendant par là que la réunion des deux ne va pas de soi. Tout se passe comme si le fait de vivre l’une des deux modalités excluait ipso facto l’autre et qu’il fallait assurer la conjonction des deux par un effort plus ou moins important de la volonté. Mais comment sommes-nous arrivés à une telle dichotomie, à une telle « schizophrénie » ? Car si « la mère » semble désigner une réalité biologique immémoriale, « la femme » apparaît comme une construction plus récente, une notion qui s’est élaborée en creux de la maternité, comme une forme de contestation des caractérisations traditionnelles de la féminité, une forme de mémoire douloureuse des aliénations passées.

La femme, une invention moderne ?

Comme nous l’écrivons en préambule, les choses étaient sans doute plus simples « avant ». Pas moins difficiles, pas plus supportables, pas davantage acceptables, mais plus simples à penser, à appréhender ; les questions que se posent les femmes d’aujourd’hui sur le nombre d’enfants qu’elles souhaitent, sur l’écart entre les naissances, sur le meilleur moment pour reprendre le travail, sur le fait d’allaiter ou pas, etc., les femmes d’autrefois ne se les posaient tout simplement pas, ou si elles se les posaient, sans doute avaient-elles conscience que leur marge de manœuvre était très limitée et que leurs projets étaient plus qu’incertains. La complexité advient quand la palette des scénarios de vie s’élargit. Il ne s’agit plus de subir mais de choisir. Or tout choix implique en quelque sorte un renoncement ou, à tout le moins, c’est ainsi que notre culture a conçu la maternité, c’est-à-dire comme incompatible avec presque toute autre condition d’épanouissement, conditions que l’on a regroupées sous l’expression « être femme ». Il semble que dans son acception postérieure aux principaux acquis des luttes féministes, « être femme » équivaut, pour emprunter le vocabulaire ensembliste, au complémentaire de « être mère ». « Être femme » est ainsi devenu une expression fourre-tout qui englobe en une nébuleuse indéfinissable toutes les activités d’une représentante humaine du sexe féminin à l’exception des activités qui ont trait à la maternité.
Ainsi tout l’enjeu de la conciliation de la femme et de la mère, et toute la problématique du conflit, résident dans la capacité des femmes à faire cohabiter leur maternité avec toutes les autres modalités de leur rapport au monde, à surmonter les freins sociétaux, culturels, économiques puissants qui, tout simplement, entravent leur volonté de vivre les différentes facettes de leur personne comme un tout indivisible et inséquençable.

Le moyen n’est pas la cause d’aliénation

Notre thèse sera dès lors que ce n’est pas la maternité en soi qui réduit la liberté et les possibilités d’épanouissement des femmes, ce qu’on appelle « être femme » et qui en définitive ne signifie rien de plus que « être un être humain libre ». C’est bien plutôt la façon dont notre société est organisée qui est en cause, la place qu’elle accorde aux enfants et aux parents au sein d’un système économique entièrement soumis à la productivité. En cela, nous nous inscrivons en faux contre la conception de la maternité comme cause d’aliénation. En fait, même si la critique des conceptions darwiniennes de la maternité était nécessaire, en désignant la maternité comme principe d’aliénation des femmes, les féministes d’obédience beauvoirienne ou badintérienne se trompent de responsable et par là même ignorent les mutations sociales à même de résoudre le conflit. La maternité n’est aliénante qu’au sein d’une société pensée par et pour les hommes, un type de société qui néglige les besoins de base des individus au profit des impératifs de la croissance et de la consommation.

Le principe du choix comme cause d’aliénation

Commençons d’abord par cesser d’employer cette dichotomie femme/mère. Nous sommes des êtres humains, il se trouve que nous sommes de sexe féminin, et en tant que tels, nous portons et allaitons des enfants, mais nous avons aussi un compagnon, des amis, des collègues, des activités diverses, des centres d’intérêt, des projets. Pourquoi nos interactions maternelles nous caractériseraient-elles plus que toute autre interaction avec des personnes ou inversement ? Pourquoi notre carrière devrait-elle primer sur notre investissement parental ou a contrario, pourquoi devrions-nous y renoncer si nous souhaitons materner de façon proximale ? Pourquoi ne pourrions-nous pas nous épanouir davantage dans nos rapports avec nos enfants que dans d’autres rapports sociaux sans susciter le mépris de ceux qui nous imaginent victimes de note biologie ? Pourquoi ne pourrions-nous pas mêler intimement divers aspects de notre existence, emmener nos enfants sur notre lieu de travail ou notre travail à la maison, ne jamais cesser de former un couple amoureux (car l’amour ne se réduit pas à la sexualité), nous rendre à notre cours de yoga en famille ? Tout simplement, pourquoi devrions-nous choisir alors qu’il est possible de ne rien « lâcher », de ne jamais renoncer à aucune facette de notre personne ? Car les alternatives dont nous disposons, les choix que nous pouvons faire sont malheureusement rarement inclusifs mais bien plutôt exclusifs. Et choisir revient souvent à renoncer et à nier une partie de soi. Mais si seulement nos choix n’avaient qu’une implication limitée à notre seule personne ! Le problème est qu’ils ont une conséquence bien plus vaste, et en premier lieu, sur nos enfants. Plus grave que l’aliénation qu’ils induisent, les choix sont des leurres, une illusion de liberté qui nous empêche d’exiger la complétude, l’achèvement, le plein épanouissement.

Une société « séparatiste »

Tristement, nos enfants sont perçus comme des séparateurs. De fait, ils le sont puisque l’accès à tant de lieux (des salles de cinéma aux réunions de travail en passant par les dîners mondains) leur est interdit. Les rendre responsables de l’isolement des mères semble naturel. Pourtant, les enfants ne demandent qu’à s’intégrer à la vie de leurs parents, des grandes personnes qui sont leurs modèles. Au lieu de cela, notre société les parque dans des lieux, des espaces-temps dédiés (des nounous, des crèches, des écoles, des halte-garderies), des « parenthèses professionnelles », des congés de maternité, et ainsi les exclut de la vie (des hautes sphères réservées) des adultes. En fait, ces derniers sont eux aussi « bien rangés », empêchés de « vivre ensemble ». Le « vivre ensemble » est une aspiration fondamentale de tout être humain, enfant, adulte, mère ou père. On voit difficilement comment résoudre les intérêts rendus conflictuels par de telles conditions sociales et culturelles. Une telle compartimentation des individus ne peut qu’être source d’épuisement, de solitude, de frustration, d’éclatement de la personnalité et au final, d’aliénation. Si nous prenons conscience de cela, nous serons plus à même de modeler les structures sociales selon nos besoins et ceux de nos enfants plutôt que de vouloir à tout prix ranger tout le monde dans des cases étriquées. Nous opérerions alors la synthèse des divers aspects de notre être et plutôt que d’être ceci ou cela, nous serions nous-mêmes, des êtres humains, tout simplement.

Au-delà du féminisme

Les propositions, considérées comme émancipatrices par certaines féministes comme Élisabeth Badinter (lire infra « Résoudre le conflit selon Élisabeth Badinter » ) mais, il faut l’admettre, fortement énergivores et écologiquement aberrantes, de solution du conflit que nous propose une société inféodée aux mécaniques économiques capitalistes ne conviennent pas à un nombre croissant de femmes qui souhaitent organiser leur vie autrement et en autonomie ; préparations lactées pour nourrissons, matériel de puériculture sophistiqué censé désentraver la mère des interactions physiques directes que réclame un enfant (toutes sortes de médiateurs séparateurs comme les poussettes, les berceaux, les jouets conçus pour « occuper » Bébé), modes de garde et congés insuffisants ou rigides, etc. Pour ces nouvelles féministes qui entendent ne rien lâcher de leurs acquis, ces « écoféministes » comme on les appelle parfois, la recherche du bien-être de leurs enfants s’insère dans une démarche plus globale d’écologie familiale ou d’écologie générale. Pour elles, par exemple, loin d’être une aliénation, l’allaitement est perçu comme une « prise de pouvoir », une reconquête de leur autonomie, puisqu’il les libère de bon nombre de contraintes matérielles et financières liées à l’alimentation au lait industriel. Cet écoféminisme se présente comme une synthèse dialectique des luttes féministes passées, qui va au-delà des dichotomies traditionnelles, un féminisme qui refuse les étiquettes mutilantes de la mère, de l’amante, de l’entrepreneuse, etc., un féminisme holistique.

Gageons que les solutions écologiques créatives apportées par ces femmes qui entendent résoudre autrement les divers conflits, socialement induits, entre leurs intérêts propres d’une part et les logiques économiques et institutionnelles d’autre part, généreront de nouveaux modèles culturels plus respectueux des divers écosystèmes humains et non humains.

Résoudre le conflit selon Élisabeth Badinter

En 2010, la philosophe et femme d’affaires Élisabeth Badinter a publié Le Conflit, la femme et la mère [1], un ouvrage qui a ému un grand nombre de femmes qui ne se reconnaissaient plus dans le féminisme « réactionnaire » qu’elle y exposait. Badinter y dénonce une collusion de l’écologie, des sciences du comportement (théorie de l’attachement, anthropologie et primatologie) et du féminisme essentialiste ou différentialiste, qui aurait pour finalité de remettre la maternité au cœur du destin féminin. Cette idéologie, que la philosophe qualifie de naturalisme ou parfois de « maternalisme », poserait les conditions de restauration du patriarcat et remettrait en cause les droits essentiels de la femme, conquêtes du féminisme des années 1970, à savoir « la liberté et l’égalité avec les hommes ».

Ainsi, le biberon est, pour Badinter, le symbole et la condition de possibilité de la libération des femmes. Les avantages de l’allaitement seraient selon elle largement exagérés par des études scientifiques biaisés tandis que l’alimentation au lait industriel ne présenterait aucun risque. Badinter accuse l’allaitement de réduire de façon drastique la liberté des femmes. Nous ne pouvons que nous étonner de sa conception singulière de la liberté qui se limite à une liberté de travailler et de se divertir. Car à condition d’admettre qu’il existe différentes formes de liberté qui ne se limitent pas au fait d’être libérée de la présence de l’enfant, on peut comprendre que l’allaitement n’est pas forcément cette aliénation et cette réclusion à domicile que Badinter dénonce et qu’au contraire, ses aspects pratiques favorisent une grande mobilité et spontanéité.

Plus généralement, Badinter met en cause le maternage proximal comme source d’un conflit qui oppose la femme et la mère, en pointant des écueils comme la mise en danger du couple. Là encore, nous ne pouvons qu’être consternées de lire, en filigrane, sous la plume d’une féministe, une sorte de sollicitation à obéir aux injonctions de notre société hyper-érotisée à l’activité sexuelle obligatoire, injonctions dont sont l’objet les femmes en particulier, sommées de prendre en charge, seules, la stabilité du couple (qui dépendrait nécessairement d’une vie sexuelle riche et active) et de se détourner de tout ce qui pourrait avoir un impact négatif sur leur libido.

Au final, Badinter considère les écoféministes comme des réactionnaires qui, par la référence à la nature, ruineraient les efforts de leurs aïeules pour désembourber les femmes de leur biologie. Peut-être la philosophe échoue-t-elle à comprendre les aspirations des nouvelles générations en perpétuel dépassement, et non remise en cause, de leurs acquis vers un accroissement de leur bien-être.

1 – Éditions Flammarion (2010).

 

Article initialement paru en mars 2016 dans le n°57 du magazine Grandir Autrement.

Catégories : Écoféminisme

1 commentaire

Anne-Gaëlle · 10 janvier 2018 à 7 h 04 min

Merci Dali. Pour cet article en particulier, et pour le fait de rendre accessibles en ce même lieu toutes tes passionnantes enrichissantes et bouleversantes réflexions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :