Qu’est-ce que l’écoparentalité ?

 

L’écoparentalité désigne une philosophie pratique : il s’agit d’un positionnement éthique qui découle d’une certaine conception de la vie, du vivant et de la place de l’humain au sein du vivant. Ce positionnement implique certains choix ou certains actes cohérents dont les mots d’ordre sont autonomie, coopération, égalité, accueil, résilience, joie.

L’écoparentalité est une notion que j’ai formulée et théorisée dès 2013 lorsque je travaillais pour le magazine Grandir Autrement alors que je cherchais un terme pour désigner le style de parentalité que je décrivais dans mes articles. Ce terme a été officiellement adopté par ce magazine en septembre 2017 mais il l’a été également par une poignée d’associations.

L’écoparentalité est un type de parentalité qui tisse des relations écologiques aux autres êtres vivants et en premier lieu aux enfants. Une relation écologique est un type de relation par laquelle les besoins propres et le développement de chacune des parties de la relation sont respectés et favorisés ; on peut aussi appeler cela une relation harmonieuse voire symbiotique quand il s’agit de ce qui nous touche au plus près. Il y a donc recherche d’un équilibre dans le développement entre tous les éléments de la relation. Cela implique d’abord de reconnaître les individualités (chacun son rythme, chacun sa sensibilité, chacun ses idées). Cela implique ensuite de ne pas les entraver et de les laisser se déployer librement au sein de l’environnement dont les possibilités et les limites pourront être explorées. Cela implique de ne pas retirer aux autres êtres vivants les moyens de se développer. Car ne pas reconnaître les besoins individuels, entraver et limiter (souvent par idéologie) implique forcément un moment ou un autre un conflit. Les conflits pour reprendre sa juste place dans l’écosystème (quand on en a les moyens ! combien de vivants non-humains n’ont pas ces moyens !) sont anti-écologiques car ils impliquent souvent malheureusement la destruction de ce qui nous entrave (là où l’équilibre des forces était possible et souhaitable).

Concrètement, l’écoparentalité se développe dans certaines pratiques parentales écologiques qui tendent à respecter les besoins de tous dans la relation, parents, enfants, famille, société, nature. Ainsi la bienveillance, le respect des besoins physiologiques de base, le respect des rythmes biologiques, des rythmes de développement et donc des apprentissages, le respect de ses capacités d’expression (notamment des émotions), le respect de l’individualité de l’enfant, sa sensibilité, ses goûts et dégoûts, ses points de vue, ses choix, le respect de sa confiance, son estime de soi, son abord joyeux de l’existence. La naissance physiologique, l’allaitement, le portage, etc., la proximité physique en général sont des façons optimales de répondre à tous les besoins d’un enfant. Mais aussi avoir un comportement cohérent en tant que parent : la cohérence est primordiale, les enfants en ont absolument besoin.

Ces pratiques parentales peuvent être adaptées à l’infini en fonction de la sensibilité de chacun mais avec toujours le même horizon, le respect du vivant. Le site Le Gai Savoir se veut « passeur d’idées » de pratiques parentales écologiques, une source d’inspiration pour construire son propre mouvement, son propre rythme, son propre chemin dans l’écoparentalité. Je ne propose pas de recettes mais des ingrédients. Le but final est déterminé par chacun même si nous avons en commun la philosophie écologiste. J’accorde une place importante à l’expérience au-delà de la rhétorique de la réussite et de l’échec, à l’action au-delà de la théorie. J’essaye moi-même de transmettre ces idées sur un mode écologique en ne les imposant pas, en ouvrant le champ des possibles, à l’expérimentation libre des parents, en ne donnant ni leçons, ni directives. Je propose des ressources pour alimenter ses choix de vie écologistes.

Pour une description plus détaillée de l’écoparentalité, vous pouvez lire l’article « Parentalité, éducation, écologie radicale ».